Ma première expérience avec "Lead the Climb"

Maintenant que la saison des compétitions est terminée, j’en profite pour approfondir mes connaissances sur la haute montagne. Je me suis donc dirigée vers cette nouvelle association qui existe depuis un peu plus d’un an avec pour co créatrice Marion Poitevin. Une femme qui fait bouger les choses dans le bon sens, si vous ne la connaissez je vous invite à regarde son dernier reportage sur Brut. 
Lead the Climb aide les femmes à  prendre plus d’autonomie en montagne et comprendre mieux le milieu passionnant dans lequel elles évoluent.

Avec 5 inscrites pour une formation en raid à ski et une guide, nous sommes partis dans les Ecrins plus précisément à côté de la Grave pour faire la montagne des Agneaux. A partir du refuge de l’Alpe.
 Un accès à pieds était nécessaire pour se rendre au refuge depuis le parking de Villard d’Arène.
Le premier jour était au programme: un entrainement aux manipulations de cordes sur glacier, le double check DVA, comprendre une carte & tester le groupe afin d’être efficace les jours suivants, surtout avec une météo compliquée. 

Le 2ème jour, levé 4h du matin pour apercevoir une purée de petit pois derrière la fenêtre, nous avons laissé le réveil pour 6h, le temps que ça se dissipe. Direction Brêche de la plate des agneaux en splitboard ou nous avons ensuite sortie les piolets et crampons pour grimper le couloir. Sur une arrête nous avons installé une main courante pour accéder quelques mètres après à un rappel au Col Emile dans le brouillard et avec de bonnes rafales de vent. 
Le but était d’arriver au refuge du glacier blanc à 18h et faire un bilan de cette journée enrichissante pour ensuite étudier notre tracé du lendemain avant d’aller se coucher le plus tôt possible pour être d’aplomb le lendemain à 5h.

Raid 7.jpg

Le départ de nuit a toujours un gout spécial, les montagnes étaient à nouveau cachées par les nuages et nous avons du presser le pas pour arriver à  la calotte des agneaux à 3600m d’altitude. 
Pour y accéder nous avons grimpés sur de la glace après le glacier Tuckett, traversé une rimée pour accéder à un couloir avant d’arriver au sommet.
 Quand nous sommes arrivées à la calotte, les conditions devenaient compliquées et notre guide Mathilde m’a subjugué par son contrôle et son sang froid, il y’a avait un énorme mur de glace qui prenait toute la descente avec 15cm de neige fraiche qui ne collait pas spécialement bien tout ça dans le brouillard, le froid et les rafales de vent avec pour seul point de référence l’application GPS iphigénie pour trouver notre chemin. 

J’ai pris beaucoup sur moi avec ma peur bleu de la mauvaise visibilité en montagne. Tout devient d’un seul coup très hostile et on se sent hyper vulnérable, les autres filles ont vraiment assurées de rester calme et on a réussi a se débrouiller pour faire notre premier relais sur glace en attendant Mathilde qui faisait la liaison entre une main courante et le rappel.
 Nous avons ensuite du nous encorder à trois pour la descente sur glacier, pour rejoindre un autre glacier sous le nom du Raou d’Arsine via un couloir ou nous avons enfin pu nous dégager des nuages.

 La descente jusqu’au refuge de l’Alpe en snowboard, était bien intense, heureusement que Mathilde était la pour me faciliter la tache en snowboard ou la neige molle nous empêchait d’avancer. 



Ce stage m’a beaucoup ouvert les yeux sur la dimension “haute montagne”, il y’a un vrai fossé entre savoir descendre une montagne en freeride lors d’une compétition et vivre la montagne sur plusieurs jours.
 C’était vraiment intéressant de pouvoir se tester autrement, les approches physiques et mentales sont vraiment differentes et bien entendue la technique ne s’apprend pas du jour au lendemain.
 Il y’a une vraie coordination et solidarité entre les filles, tout le monde s’est adapté par rapport à ses qualités ou ses défauts, par exemple Karry était devenue mon binôme automatiquement, elle me portait la corde à la montée ou j’étais lente et je lui prenais la corde à la descente la ou elle était moins à l’aise.

Raid 5.jpg

Liste matos :

- Sac à  dos 35L (avec attache pour les skis)

Matériel : 
- ski (carres affutés), peaux, couteaux,

- DVA (piles neuves), pelle, sonde,

- casque, petit piolet droit, crampons, baudrier, un mousquetons vis unidirectionnel, une microtraction avec mousqueton vis, un mousqueton vis avec une sangle de 180cm, 2 autres sangles avec mousquetons simples, 2 broches à glace, un auto-bloquant textile, bout de cordelette dynema tressées 5.5, 7m, 

-Pour le groupe, 2 brins de corde à double 40m

Vêtements : 

- Vêtements multicouches dont pantalon alpi ou type Goretex, doudoune et veste type Gore tex,

- Bonnet, buff, casquettes, crème solaire,

- Lunettes de soleil pour glacier, masque de ski, 

- gants 2 paires, une fine, une chaude étanche,

Refuge : 

- chaussettes et tee-shirt de rechange,

- Frontale, pile neuve,
- drap de soie, 

- mini trousse de toilette (brosse à dent, bouchons d'oreille pour le dortoir)

- mini-pharmacie si besoin perso (paracétamol, seconde peau pour les ampoules)

Alimentation : 

-Vivres de course pour les 3 journées, pique-nique J1, possiblilité d'acheter les piques-niques aux refuges pour les autres jours,

- Contenant boisson 1.5L mini dont thermos, confortable en fonction de la météo.

Orientation : 

-Application carto avec GPS type Iphigénie




Un grand merci au groupe et cette association, vraiment heureuse d’avoir vécu cette éxperience.